Les nécropoles de Plouguin
 
 
Retour

Le passé lointain avait laissé de nombreux vestiges de sépultures sur le territoire de la commune. Ce petit travail a pour objet de rappeler les trouvailles anciennes, dont certaines sont complètement oubliées de nos jours.
Les témoins les plus anciens sont peut-être les menhirs. Ils datent de 7000 ans environ, l'époque du néolithique. En fait, on ne sait pas qui les a dressés, ni pourquoi, mais ils ont peut-être eu un rôle funéraire, jalonnant l'espace et le temps qui passe.
Les dolmens et allées couvertes, qui semblent plus tardifs étaient probablement des sépultures collectives. Ils datent également du néolithique. On a pu penser que tous les dolmens ont primitivement été couverts de terre. C'est probablement faux. On n'en connaît pas à Plouguin, mais l'un a été signalé à Lannalouarn (non répertorié) et un autre, entre Menez an Harz et Tréfléac'h a été autrefois déplacé à Kerascouet, deux grandes dalles de granit en marque peut-être encore l'emplacement.
A l'âge du bronze ancien, il y a 4000 ans sont apparues les inhumations individuelles. Plusieurs types de caveaux se sont alors succédés. Leur importance et leur mobilier nous permettent de deviner des périodes fastes ou plus pauvres. Au début de l'âge de bronze, il semble exister une certaine aristocratie aisée: les princes armoricains, enrichis par la production de métaux . Les exploitations d'étain de Saint-Renan et de Bourg-Blanc sont bien connues. Elles ont été en activité dès l'âge du bronze. Sur Plouguin, il existe également des traces de minerai d'étain (cassitérite) mêlé au quartz du secteur de Kergonguy.
Les tombes de cette époque sont sous des tumulus imposants; elles sont recouvertes de dalles épaisses. Outre des traces de cendres ou de bois, elles contiennent parfois un poignard de bronze ou un vase.
C'est aussi l'époque des tombes à pointe de flèche en silex, mais cela semble inexistant à Plouguin. Différents synonymes désignent les tumulus: galgals, dorgen, krugel, reun; cela permet parfois de localiser les ouvrages: Park ar dorgen, Kerhuguellou, le Kruguel.
A Castellourop, le tumulus recouvrait une dalle épaisse de 1 m!. Elle fermait une chambre en pierres sèches de 2m40 sur 2m, profonde de 1m20, avec un plancher en chêne et contenant un vase à 4 anses de 20 cm de haut, caractéristique des céramiques de la région. Ce vase, en argile mal cuite, de couleur grise n'était pas une urne funéraire mais avait sans doute contenu des provisions ou des présents pour le long voyage...(Le tumulus de Castellourop) (7K)
D'autres grands tumulus existent sur Plouguin: Kerhuguellou Lannalouarn, Kroas hir, Tréouré (soulignons la proximité du lieu-dit "le Krugel"). Ils recouvrent probablement une grande dalle en pierre, et peut-être un poignard de bronze est-il toujours en place sous la pierre.
Le tumulus de Kroas Hir a été fouillé, en 1882 Il contenait un squelette, sous une dalle recouvrant une fosse creusée dans le sol même du champ.(Cadastre, parcelle 314 section K). Des fragments de poteries, des grattoirs en silex et des pointes de flèches furent également trouvés dans la terre recouvrant le tumulus.
Enfin, de grands tumulus ont disparu. On en signale par exemple à Lanmeur (qui veut dire grand ermitage ?) à Kerozal et sans dout à Guelet ar C'hoat; même leur souvenir en est perdu.
A côté des grands tumulus existaient aussi de véritables cimetières où étaient groupées de nombreuses sépultures. Chaque tombe était un simple tumulus de dimension réduite. Leur fouille ne mettant à jour que quelques traces paraissant de la cendre, ou des tessons de poterie. Entre Larivanan et Castellourop il y en avait 22, fouillés en 1882. A cette époque les recherches archéologiques effectuées grossièrement par des ouvriers locaux sans formation particulière consistaient seulement à creuser les tombes pour en prélever au plus vite les objets éventuellement enterrés. Certains existaient il y a encore une vingtaine d'années, mais ont été détruits. Aucun trésor n'y a été trouvé !
A Larivanan, la fouille d'un tumulus mit à jour quelques anneaux en bronze de tailles variées. Ce tumulus fut aplani vers 1860.
D'autres sépultures étaient constituées de caveaux en maçonnerie réunis en petits cimetières. Les travaux agricoles ont ainsi permis de découvrir des tombes anciennes dans plusieurs sites: A Kerhuguellou existaient des dalles de pierre recouvrant des tombes. Une lame de " poignard en bronze" brisée fut découverte sous une dalle. En fait il s'agissait d'un fragment de poignard-hallebarde en cuivre arsenié (3K) du chalcolithique (époque du cuivre qui a précédé le bronze). Il se trouve en vitrine au musée de Penmarch. Ce type d'arme est rare. Il ressemble à des objets du même type trouvés en Europe centrale, mais aussi à des représentations gravées sur les dalles montagneuses de la Vallée des Merveilles (Mont Bago, Alpes maritimes). Les précisions manquent concernant le modèle des tombes et leur nombre.
A Kervatous il a été trouvé cinq ou six tombes maçonnées.
A Lannalouarn, un peu au delà du menhir, 6 tombes furent aussi ouvertes, ne donnant lieu à aucune trouvaille notable.(Sépultures de Lannalouarn) (9K)
Enfin, à Kerégan il y avait aussi quelques tombes de l'époque du bronze.
Au bronze moyen et final il y eut des périodes moins fastes. Les sépultures étaient moins riches. Seuls quelques tessons de céramiques y étaient trouvés. Parfois la tombe était un simple coffre constitué de six pierres, ou alors les cendres des défunts incinérés étaient enterrées dans des urnes.
Mais ces exemples ne semblent pas avoir été relevés à Plouguin. Il est probable que l'apparition du fer accompagna un certain déclin local.
Bien que cela ne soit pas absolument certain, il est probable que les stèles (9K) celtiques ont été dressées pour signaler des sépultures.Sur Plouguin il y en a au moins une quinzaine.
Leur site d'origine ne peut-être précisé. Elles ont été déplacées au cours des siècles. Parfois réutilisées. Les plus anciennes sont peut-être les deux petites stèles de l'enclos. Ont-elles été déplacées ? Ou bien indiquent-elles qu'avant d'être un lieu de culte chrétien, le centre du bourg avait été occupé par une autre civilisation ?
Les 4 pierres rondes que l'on trouve à Plouguin, ou stèles basses, semblent plus élaborées, donc peut-être plus récentes (Balaren (43K), Gwelet ar C'hoat, Kerventuric, Presbytère). Cette dernière est particulièrement remarquable puisqu'elle fut réutilisée et christianisée. On voit là un exemple de conflits anciens entre les croyances.Une autre stèle basse se trouve à Kerascouet en Coat-Méal; elle a probablement ét déplacée de Plouguin au siècle dernier.
Au Concile de Tours en 566 puis de Nantes en 658 il fut décidé de lutter contre le culte des pierres (mais aussi des arbres): "Il est aussi en des lieux désolés et sauvages des pierres auxquelles des gens dupes des illusions des (démons) rendent un culte et où ils vont accomplir des voeux et porter des offrandes". Mais il est probable que la destination initiale des stèles était déjà oubliée. Leur pouvoir magique en particulier pour la fécondité (pierres phalliques) étant probablement une croyance bien postérieure. Toujours est-il qu'il semble que le clergé ait plus facilement annihilé les religions antiques en détournant les anciennes traditions et les anciens lieux de culte vers des croyances chrétiennes qu'en les interdisant.
Il y a aussi plusieurs stèles hautes à Plouguin: Kerléguer (55K), Kerénes, Bourg (est-ce réellement une stèle ?), Kérozal et un regroupement de plusieurs stèles hétérogènes dont certaines sont découpées à Coulloudouarn. Celle de Kerénez, au sommet abîmé ayant sans doute autrefois soutenu la belle croix ponctuée de grains de feldspath rose qui se trouve à côté.
Certaines stèles semblent être d'anciens menhirs retaillés; beaucoup ont, elles aussi, été réutilisées, dans les constructions par exemple. Elles sont très diverses dans leurs formes et leurs tailles. Les plus nombreuses ont 4 faces latérales, mais Il en existe aussi à 8 , 10 , 12 faces
Ce qui paraît certain, c'est la grande habileté des artisans qui les ont sculptées. Il s'agissait sans doute de spécialistes itinérants (?)
Les inhumations du Moyen-âge ont disparu, de même que les cimetières de Locmajan et de Saint Julien.

Retour
Le tumulus de Castellourop (7K)
Les sépultures de Castellourop (4K)
Sépultures de Lannalouarn (9K)
Les Stèles de Plouguin (9K)
Poignard-hallebarde en cuivre arsenié (3K)
Les haches polies de Lannalouarn
Les curiosités de Plouguin
Balaren (43K)
Kerléguer (55K)